samedi 1 janvier 2011

RIP! elle s'appelait LOUISE! Louise Dhour!




les choses sont curieuses :evoquant Louise Dhour dernierement suite au decès de Jean Rollin en decembre,je ne m'attendais pas à aprendre cette triste nouvelle dans son sillage...

Jean s'en est allé Louise l'a suivi de peu,de quelques jours ou semaines...elle aurait eu 77 ans debut janvier...c'est une de ses nieces qui à commenté le texte du blog ou je l'évoquais en parlant du boucanier qui m'a appris la triste nouvelle...

Louise Dhour! un personage curieux et ambigue ,mais pour le temps que je l'ai cotoyée dans les années 80 à l'époque du boucanier à montparnasse,elle restera pour toujours dans ma mémoire...

ma rencontre avec Louise (bien avant de savoir qu'elle fut une actrice fetiche de monsieur rollin) se passa un soir de 1987 allant faire la fete au Boucanier le Temple de nos cheres soirées underground parisiennes...on y allait danser sur joys division,Bauhaus,christian death,les virgin prunes,les sisters of mercy,the cure et autres siouxsie and the banshee...

elle tenait la "caisse" de cet établissement riche en emotion...nous avons tout de suite sympatisé bien avant que j'y installe mes rangers,et mes sevices de dracula aux platines...je commençais à faire le grand saut entre mes années radio et mes années dj lives....

c'est Louise qui menait la baraque comme on dit et qui faisait le lien avec "Madame Bastien" the big boss qui n'apparaissait jamais en public(rares sont ceux qui ont pu la cotoyer en direct ,j'ai eu cette chance) ...

Louise Dhour à vue le jour en 1934(si j'ai bien fait le calcul) mais on ne demande pas l'age d'une "grande dame" à l'époque elle avait la cinquantaine moi jeunnot de 22 piges tout frais sorti de l'armée...en pleine periode punk new wave, et bientot gothic...

je pense qu'aucune rencontre n'est le fruit du hasard ,j'ai lu dernierement sur les rares blogs
qui l'évoque sur le net(on risque encore moi y trouver des info dans un livre d'histoire ou de cinéma....) elle était intelligente douée (et c'est pas parce qu'elle venait du nord de la France) et pleine de talent:actrice chanteuse pianiste....je ne connais pas assez les details de sa vie privée pour savoir pourquoi elle ne fut pas plus connu...elle avait malgres tout sa réputation à montparnasse à l'époque mais je pense qu'elle vivait un peu trop dans l'ombre et sous la coupe de "Lydie B."

Madame B s'entourait de plein de gens mystiques et étranges ,Louise aura succombé à son charme legendaire (c'est vrais qu'elle avait tout d'une mata hari madame B quand on y reflechi apres coup...)

je reproduirait deux articles apres avoir finis de parler de Louise Dhour

que dire d'autre :
c'etait un puit de sagesse ,de talent, d'inspiration qui était toujours ouverte à l'ecoute des gens...

j'ai voulu la retrouver suite à la publication du Livre de Pierre péan sur Lydie bastien ("la diabolique de Caluire) et le temps m'en a manqué...j'avait meme evoqué Louise aupres de Rollin un jour où pour la sortie de ses oeuvres en dvd j'avais fait dedicacer mes vieilles jquettes de vhs au cours d'une rencontre avec le cineaste dans une librairie specialisée parisienne...il en avait un grand souvenir egalement...

la carrière de Louise:
c'est elle qui me l'avait évoquée:pianiste actrice et chanteuse ...

pour la partie cinéma voici sa filmo pour les generations futures et la postérité :(ref imdb)
Actress (10 titles)
1986Les clowns de Dieu
Une soeur de la Côte du Rhône
1982En votre aimable règlement (TV movie)
La serveuse de la cantine
1980Mont-Oriol (TV movie)
Une artiste
1978Madame le juge (TV series)
La barmaid
Le dossier Françoise Muller (1978) … La barmaid
1974Le pain noir (TV mini-series)
1974L'ampélopède
La sorcière

du fantastique avec jean rollin,quelques series télé dans les 70's debut 80's...et une apparition dans dracula pere et fils avec bernard Menez et christopher lee quand meme...requiem pour un vampire,les demoniaques(avec brigitte lahaie)...

voici un article sur Louise Dhour decouvert sur ce blog et qui la représente telle qu'elle était:

LOUISE D'HOUR : Je ne puis penser à Jean ROLLIN sans aussitôt songer à "sa famille", son équipe de tournage, ses amis, les "Rolliniens". Parmi eux, Louise d'HOUR reste à mes yeux la plus emblématique.
Je veux la rencontrer, je la cherche à Paris, Jean n'a plus son adresse. Durant des mois, j'enquête en vain. Et un jour, Jean me téléphone : "J'ai l'adresse de Louise ! Tu sais quoi ? Elle vit près de chez toi !..." A Douai, où je me rends chaque semaine, à douze kilomètres de la ville où j'habite. Je la contacte sans retard, mais j'apprends par sa mère que Louise est... à Paris, où elle a conservé un studio à Montparnasse. C'est là que nous nous rencontrons une première fois, avant que Douai ne devienne notre lieu de rendez-vous familier. Louise d'HOUR est, dans la vie comme à l'écran, un personnage de Jean ROLLIN. Elle a connu une existence démentielle, fut l'une des grandes figures de Montparnasse dans les années 80. Un peu vampire, un peu sorcière, beaucoup médium, mais moins magicienne que magique. Le Fantastique est son quotidien. Sa vie est tout entière constituée de ces "intersignes" chers à Villiers de L'Isle-Adam.
Nous pénétrons dans la boutique d'un antiquaire douaisien ; la porte est reliée à un piano mécanique qui se met à jouer dès que quelqu'un entre. Je suis sidéré : dans Les Démoniaques de Jean ROLLIN, le personnage interprété par Louise meurt en s'effondrant sur le clavier de son piano, qui achève seul la mélodie qu'elle jouait. Chacune de nos rencontres est marquée par l'une de ces coïncidences rolliniennes. "C'est toujours comme ça, avec moi, me dit-elle. Que veux-tu, faut s'y faire..."



et pour finir le lien de l'article du blog du fantome du titoon de vincent price:

c'est de la que tout est parti pour l'évocation

bon vent ma Louise!!! bienvenue au paradis des actrices ! et un peu grace à moi nous ne t'oublierons pas!



egalement en 2 part à reunir avec xtm
et

l'édition hollandaise 3 dvd presente une interwiew de Louise dans les bonus qu nous n'avons pas eu la chance d'avoir en france (ils ont collé la meme interwiew de rollin et les meme bonus dans tous les films de la serie...
The main extra included with this release is a ten minute interview with Louise Dhour who discusses working with Jean Rolling on Demoniacs and Requiem for a Vampire, working with director Edouard Molinaro and her love of cinema. This interview is in French and removable English subtitles have been included.

voilà l'interview de Louise:


pour se remémorer Louise dans toute sa splendeur
(si le lien dead j'en mettrai un new mais celui ci est plus facile car plus d'un go)

quand vous verrez ces quelques films n'oubliez plus Louise Dhour....
(si Mot de passe: lesintrouvables) merci acromega...

egalement les paumées du petit matin de Jean rollin
liens alternatifs en parts rar


et pour illustrer tout cela:










7 commentaires:

dj-titoon a dit…

un lien sur louis e publié à ma demande sur l'ecran fantastique sur le net...
merci à Alain pour avoir glisser un mot!!!
http://www.ecranfantastique.net/4images/details.php?image_id=27418&sessionid=kp7an16ng9ii1eiefi3hjcuf73

ozzy2 a dit…

Tres bel hommage rendu a cette grande dame, bien trop méconnue du public français,parfois si ingrat. Merci beaucoup pour Requiem...
Tres beau blog au passage!

Bogrand Madeleine a dit…

c'est par une sorte de hasard qu'hier soir j'ai tapé Dhour sur Internet. Et j'apprends qu'elle n'est plus depuis 2010, et je réalise que ce 4 janvier elle aurait eu 78 ans; elle avait 5 semaines de moins que moi. De 1954 à 1958 nos vies ont été très liées. Nous étions surveillantes d'internat en 53-54 au collège technique de filles de Charleville. Nos 20 ans nous les avons vécus dans l'ombre de Rimbaud.
nous nous sommes revues à Paris où jusqu'en 1958 nous sommes sortis ensemble,Van-tu, Georges, elle et moi.Elle était marraine de ma fille mais ce fut une erreur de ma part, ce n'était pas son truc.Je regrette de n'avoir pas plus tôt fait des recherches pour la revoir surtout que je travaillais à Paris en 1988. Je l'avais présentée à Pascal Fieschi qui avait été mon prof de philo à Soissons, tout de suite il y eut un flash entre le poète et Louise.Elle habitait alors à la ferme St Lazare et voyait passer sous ses fenêtres toutes les prostituées de Paris qui venaient à la visite médicale.Très intelligente, intuitive, pouvant être destructrice mais elle a été mes 20 ans et je sus triste de me dire que j'ai raté une dernière rencontre. bogrand.madeleine@wanadoo.fr

dj-titoon a dit…

un grand merci pour ce temoignage emouvant....qui ne fait que nous confirmer ce qu'était louise à chaque phase de sa vie...égale à elle meme!!!on aura peut etre un jour avec les temoignages des uns et des autres matiere à faire un ouvrage sur cette grande dame ...qu'en pensez vous?(ptit appel à bbjane et aux autres)

Anonyme a dit…

Très joli commentaire sur cette grande damme que j'ai bien connue quand j'étais gosse. Je me souviens être allé chez elle, elle habitait avec une copine, elles avaient un ouistiti qui m'a sauté dessus et a commencé à m'arracher les cheveux, j'étais terrifié.
Je me souviens, elle me montrait un muscle supplémentaire sur ses poignets, qu'elle aurait acquis en faisant du catch (c'est ce qu'elle me disait). J'ai retrouvé, après la mort de Jean, un de ses dessins, superbe, qu'elle lui avait donné.

Serge Rollin

la cabanne d'isa a dit…

Je tombe sur cet article en hommage à Louise....
Je l'ai rencontré en 1996 et l'ai côtoyée pendant les 2 années de mon apprentissage en ébénisterie, j'avais 19 ans, elle 65. Je la retrouvais tous les matins au café "le vouillé" à l'angle de la rue castagnarie et de la rue de convention où elle vivait dans un tout petit appart' rempli de ses souvenirs.Nous prenions notre café ensemble, nous nous sommes liées d'amitié, j'adorais ces moments passés avec elle. Sa sagesse et sa vision de la vie m'ont beaucoup apporté, j'étais si jeune et elle avait tant d'expérience. Je ne savais qui elle était, mais j'aimais l'écouter me raconter sa vie d'actrice et ses aventures à Montparnasse. Vous serez peut-être triste mais à cette époque Louise se soignait de son alcoolisme, elle était très assidue aux alcooliques anonymes! Et elle tenait le coup, elle en était à 8 ans d'abstinence. J'admirais sa force et sa volonté. Elle était aussi très seule, tristement seule. Les 2 noëls de ces années là, elle les a passé chez nous, dans ma famille. Je n'aimais pas la savoir seule ces soirs là.
Je garde d'elle un souvenir très ému. Je l'aimais de tout mon coeur.
Au revoir Louise.

dj-titoon a dit…

encore une année qui nous sépare de sa disparition...on ne l'oublie pas pour autant...